quatre-facteurs-qui-affectent-les-flux-de-tresorerie0

Quatre facteurs qui affectent les flux de trésorerie

Sommaire

 

Une trésorerie équilibrée, l’élément essentiel de votre entreprise

La gestion de la trésorerie est un défi pour la plupart des petites entreprises, en particulier les plus jeunes. Il existe quatre forces qui tirent sur votre trésorerie. Découvrez lesquelles et apprenez à les gérer pour garder votre trésorerie saine.

Le problème de la trésorerie est qu’elle est à la traîne par rapport aux bénéfices pour la plupart des entreprises. À moins que vos clients ne vous paient et que vous ne payiez vos fournisseurs exactement au même moment, il y aura toujours un décalage. Si vous comprenez l’ordre de priorité correct des flux de trésorerie, vous éviterez ce décalage. Si vous êtes rentable, vous devez comprendre qu’il existe quatre forces qui exigent la satisfaction de votre flux de trésorerie

 

Les quatre grandes forces que devez connaître

  • Impôts. Vous devez soit mettre de l’argent de côté, soit payer des morceaux d’impôts au fur et à mesure pour éviter la surprise d’avril (ou d’octobre si vous prolongez la durée pendant laquelle vous faites l’autruche) ;
  • Dette. Les lignes de crédit sont de la cocaïne pour les entrepreneurs : décrochez de la drogue dès que possible ;
  • Capital de base. Conservez les bénéfices après impôt jusqu’à ce que vous atteigniez votre objectif de capital de base, qui est généralement défini comme deux mois de coûts d’exploitation en espèces sans rien  ;tiré sur la ligne de crédit et vos impôts anticipés mis de côté ;
  • Distributions. Récolter votre récompense et enfin prendre les bénéfices après impôts pour diversifier votre patrimoine en dehors de l’entreprise.

 

Impôts 

Si vous n’avez pas payé d’impôts, soit vous n’avez pas gagné d’argent, soit vous avez triché : les deux sont mauvais. Le plus gros obstacle au paiement des impôts est la complexité du code des impôts ; le second est de ne pas prévoir de mettre de l’argent de côté pour payer les impôts. C’est pourquoi vous devez surveiller votre rentabilité chaque trimestre et déterminer combien mettre de côté ou verser, selon les dispositions légales. Essayer de ne payer que ce qui est nécessaire au dernier moment pour ne pas encourir de pénalité, mais cela signifie aussi qu’il faut savoir mettre les impôts de côté au fur et à mesure des bénéfices. Demandez à votre conseiller fiscal de le faire pour vous chaque trimestre cela en vaudra la peine.

 

Dette

Une mauvaise gestion de la dette a tué beaucoup de bonnes entreprises. C’est comme une drogue en ce sens qu’elle vous permet de repousser les décisions difficiles trop longtemps avant d’être obligé de les prendre lorsque vous êtes à court de crédit. Je ne recommande pas de financer des pertes avec des lignes de crédit. Il est logique d’utiliser des lignes de crédit pour financer une croissance rentable, mais dès que vous utilisez une ligne pour couvrir une perte mensuelle, vous avez commencé à descendre une pente qui se termine trop souvent mal. Prenez les décisions difficiles dès le départ ! L’autre clé concernant la dette est de savoir que vous ne pouvez la rembourser qu’avec des bénéfices après impôts, à de très rares exceptions.  C’est un gros coup dur pour la plupart des entrepreneurs qui ont une excellente année et pensent pouvoir utiliser 100% de tous leurs revenus avant impôts pour rembourser la dette. Comme pour la dette à terme, n’utilisez cette dette que lorsque vous achetez un actif nécessaire et que les paiements reflètent vraiment le coût d’utilisation de cet actif pendant sa durée de vie utile.

 

Capital de base

À un moment donné, il est important de trouver le calcul simple qui vous permet de savoir ce qu’est une entreprise saine. Votre entreprise peut être rentable, mais si vous retirez toutes vos liquidités de l’entreprise pour les mauvaises raisons, vous constaterez que votre vache à lait n’a plus de lait lorsqu’un ralentissement se produit. Le plus profond mouvement de baisse des flux de trésorerie d’exploitation pour la plupart des entreprises est égal à deux mois de dépenses d’exploitation. À son tour, je recommande de fixer la  » cible de capital de base  » à deux mois de dépenses d’exploitation en espèces, en plus de ne rien devoir sur la ligne de crédit et de mettre de côté tout montant d’impôt actuellement dû. Vous pouvez vouloir fixer la cible plus haut, mais vous ne la fixerez jamais plus bas.

 

Distributions

Une fois que vous avez pris soin des trois premières forces de trésorerie, vous pouvez profiter du fruit de votre travail. Vous pouvez maintenant utiliser ces bénéfices après impôt dont l’entreprise n’a pas besoin pour diversifier votre patrimoine. Remarquez que j’ai dit diversifier, pas consommer ! À moins que vous n’ayez de multiples sources de revenus au-delà de vos besoins, dès l’instant où vous comptez sur les bénéfices de votre entreprise pour satisfaire vos besoins de consommation, vous vous êtes engagé sur une voie dangereuse. C’est pourquoi il est important de vous verser un salaire conforme au marché pour le  » travail  » que vous effectuez dans votre entreprise et de vivre de votre salaire. Lorsque votre entreprise a des bénéfices à distribuer, vous devriez d’abord les utiliser pour éliminer vos dettes personnelles et ensuite pour construire des actifs en dehors de l’entreprise. En résumé, une fois que vous êtes rentable voici l’ordre des priorités que vous devriez respecter : les impôts, les dettes, le capital de base et ensuite vous pourrez considérer une distribution. C’est une excellente formule pour construire une richesse durable à partir de vos efforts entrepreneuriaux, et pour garder votre entreprise en bonne santé pour les années à venir.

Facebook
Twitter
LinkedIn