VTC : Comment choisir son terminal de paiement mobile ?

Les VTC étant par définition mobiles, leurs terminaux de paiement électronique se doivent de l’être aussi. Il n’est en effet pas possible d’encaisser toutes les courses en espèces ou en chèques. Et de toutes façons, la carte de crédit est devenue le moyen le plus rapide, le plus sûr et le plus utilisé dans les échanges financiers en France.

Afin de répondre à cette problématique, de nombreuses sociétés françaises et étrangères ont créé des terminaux de paiement mobiles. Ces dispositifs mettent en avant leur autonomie et leur simplicité d’utilisation pour séduire les indépendants. De plus, ces petits appareils correspondent parfaitement aux besoins mobiles des VTC. Voici quelques clefs pour bien les choisir.

Autonome ou relié à un téléphone ?

Un terminal autonome

Ce dernier n’a pas besoin d’être connecté à un smartphone pour fonctionner. Il est fourni avec une carte SIM 3G et utilise directement le réseau mobile. L’abonnement est compris dans le prix, et il n’y a donc pas de frais supplémentaire lié à un abonnement téléphonique. L’avantage de ce système est la parfaite autonomie du terminal.

Un terminal relié à un smartphone

Pour ces terminaux, il vous faudra télécharger une application et l’utiliser depuis votre téléphone. Tous les terminaux mobiles ont aujourd’hui une compatibilité totale avec les OS Androïd et Apple. Par rapport à des terminaux autonomes, ceux reliés à un smartphone sont plus petits et généralement moins chers (car ils ont une fonctionnalité en moins).

Avec ou sans édition de ticket

Selon vos besoins, votre terminal devra ou non pouvoir imprimer directement des tickets de caisse. Pour se faire, il est en général possible de connecter une petite imprimante sur son terminal. Cette dernière est peu consommatrice d’énergie, et une prise USB disponible dans le véhicule permettra de recharger à la fois le terminal de paiement et le terminal d’impression.

Si les tickets ne sont pas nécessaires, il vous sera alors possible d’émettre le ticket en dématérialisé et de l’envoyer instantanément à chaque client. Pour cela, il suffit de collecter le numéro de téléphone ou l’adresse mail, et la personne qui a effectué le paiement reçoit directement sa facture par SMS ou par mail. Rapide et économique.

Vous cherchez un terminal de paiement sans savoir quoi acheter ? Il existe différentes marques de terminal de paiement mobile, chaque marque à ses avantages et ses inconvénients, il convient donc de prendre le temps d’analyser les ressources nécessaires pour votre activité pour ne pas faire un mauvais choix.

La compatibilité avec les cartes

Selon la clientèle que l’on est amené à transporter, il est important de vérifier le nombre de cartes qui est accepté par le terminal. Les cartes Visa, MasterCard ou Maestro sont compatibles avec tous les terminaux. En revanche, pour les services plus récents et généralement spécifiques à une marque, il faudra bien vérifier avant l’achat. Des services comme Google Pay, Apple Pay, Samsung Pay ne sont pas forcément pris en charge. Il en est de même pour les cartes “Premium” comme les American Express ou Diners Club International. Elles ne sont pas gérées par tous les terminaux.

Le prix d’achat et / ou l’abonnement

Ceux-ci sont très variable selon les modèles. Les premiers prix d’achat sont autour des 19€ HT (lors de certaines offres commerciales notamment). Il faut être à l’affût des bonne affaires. Mais les prix peuvent aussi grimper, et certains modèles atteignent les 500€ HT. Bien sûr, sur cette échelle de prix, les service fournis ne sont pas les mêmes, et il faudra faire bien attention à ce qui est proposé.

Des frais de location peuvent aussi s’ajouter au prix d’achat du terminal. Pour savoir quel est la solution la plus avantageuse, il faut donc connaître à l’avance le chiffre d’affaire qui sera réalisé, et calculer le coût final du terminal sur un mois, achat (et éventuellement location) compris.

Les commissions

Ces dernières représentent la partie du prix de la vente qui sera perçue par le fournisseur du terminal. Il y a deux types de commissions : les fixes et les pourcentages. Une commission fixe va s’appliquer à chaque vente, et sera indépendante du montant perçu. Un pourcentage sera une commission qui représente une partie de la vente. Le pourcentage est généralement dégressif avec le volume de vente.

Là encore, il est donc important de connaître par avance le chiffre d’affaire qui sera généré afin de calculer au mieux l’avantage ou non de commissions fixes ou de commissions en pourcentage. Il faut cependant savoir que le pourcentage tend à se généraliser, et qu’il devient peu à peu la norme.

À lire important