• bitcoinBitcoin (BTC) $ 23,880.00 3.26%
  • ethereumEthereum (ETH) $ 1,673.98 5.73%
  • tetherTether (USDT) $ 1.00 0.05%
  • usd-coinUSD Coin (USDC) $ 1.00 0.06%
  • xrpXRP (XRP) $ 0.415414 2.68%
  • binance-usdBinance USD (BUSD) $ 1.00 0.18%
  • cardanoCardano (ADA) $ 0.406359 5.12%
  • dogecoinDogecoin (DOGE) $ 0.094444 1.71%
  • matic-networkPolygon (MATIC) $ 1.24 12.2%
  • okbOKB (OKB) $ 40.92 8.65%
  • solanaSolana (SOL) $ 25.27 5.81%
  • polkadotPolkadot (DOT) $ 6.57 5.05%
  • litecoinLitecoin (LTC) $ 100.71 3.88%
  • shiba-inuShiba Inu (SHIB) $ 0.000012 3.45%
  • tronTRON (TRX) $ 0.063744 2.5%
  • uniswapUniswap (UNI) $ 7.05 6.44%
  • daiDai (DAI) $ 1.00 0.09%
  • cosmosCosmos Hub (ATOM) $ 14.90 9.57%
  • wrapped-bitcoinWrapped Bitcoin (WBTC) $ 23,841.00 3.28%
  • chainlinkChainlink (LINK) $ 7.34 6.05%
  • moneroMonero (XMR) $ 179.00 1.66%
  • ethereum-classicEthereum Classic (ETC) $ 22.74 5.37%
  • bitcoin-cashBitcoin Cash (BCH) $ 137.95 3.41%
  • stellarStellar (XLM) $ 0.093693 3.68%
  • filecoinFilecoin (FIL) $ 5.78 10.91%
  • vechainVeChain (VET) $ 0.025077 8.68%
  • internet-computerInternet Computer (ICP) $ 6.06 2.34%
  • aaveAave (AAVE) $ 91.91 11.67%
  • eosEOS (EOS) $ 1.09 2.7%
  • theta-tokenTheta Network (THETA) $ 1.10 6.84%
  • neoNEO (NEO) $ 8.61 5.61%
  • compound-ethercETH (CETH) $ 33.62 5.69%
  • kusamaKusama (KSM) $ 37.27 4.53%
Le_travail_du_conseiller_d_orientation_spécialisé_en_réadaptation

Le travail du conseiller d’orientation spécialisé en réadaptation

 

Victime d’un accident de la route, Philippe (prénom fictif), 49 ans, doit vivre avec les séquelles d’un polytraumatisme impliquant plusieurs fractures. Le pronostic de reprise de ses activités professionnelles à titre de machiniste est très réservé et une réorientation vers un travail sédentaire ou léger est recommandée.

Chloé (prénom fictif), âgée de 17 ans, a connu un parcours scolaire difficile en raison de la présence d’un trouble primaire du langage (dysphasie) et d’un profil neuropsychologique atypique. Malgré ses difficultés d’apprentissage, elle aspire à terminer ses études secondaires et à accéder à une formation qui lui permettra de développer des compétences spécifiques menant à un emploi sur le marché du travail.

Voyons comment le conseiller d’orientation spécialisé en réadaptation peut intervenir dans ces cas de figure :

 

Cadre d’intervention du conseiller d’orientation spécialisé en réadaptation 

Les histoires de Philippe et de Chloé sont des exemples de personnes rencontrées par les conseillers d’orientation spécialisés en réadaptation. Ces personnes peuvent présenter des déficiences touchant les systèmes nerveux, musculaire, squelettique et sensoriel. Elles montrent des incapacités significatives et persistantes susceptibles de se traduire en une situation de handicap au travail ou à l’éducation. Les diagnostics rencontrés sont donc très variés : 

  • accident cérébrovasculaire (AVC) ;
  • amputation, déficience visuelle ;
  • lésion musculosquelettique ;
  • maladie congénitale ;
  • myélopathie ;
  • polytraumatisme ; 
  • sclérose en plaques ; 
  • traumatisme craniocérébral (TCC) ; 
  • troubles de l’audition, etc.

D’autres problèmes de santé peuvent coexister : 

  • déconditionnement global ;
  • douleur chronique ;
  • maladie cardiovasculaire ;
  • trouble d’adaptation ;
  • trouble anxieux ;
  • trouble déficitaire de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDA-H) ;
  • trouble de la personnalité ;
  • toxicomanie, etc.

Les déficits physiques, langagiers et neuropsychologiques ont une incidence sur la trajectoire professionnelle et scolaire de Philippe et de Chloé. Pour réaliser des interventions adaptées à leur situation et à leurs besoins respectifs, le conseiller d’orientation s’appuie sur son champ d’exercice et sur les actes qui lui sont réservés. 

Le conseiller qui les a rencontrés a d’abord procédé à une évaluation approfondie. Cette évaluation lui a permis d’énoncer la problématique d’insertion socioprofessionnelle et de concevoir des interventions appropriées à la situation de ces usagers qui présentent des vulnérabilités et des risques de préjudices. Il a ainsi pu identifier que Philippe avait besoin d’exprimer ses inquiétudes devant l’avenir, sa tristesse et sa frustration en rapport avec la perte de ses capacités physiques et de son emploi. Il l’a ensuite aidé à identifier ses aptitudes, ses compétences transférables, ses intérêts, ses valeurs et les dimensions de sa personnalité qui influencent ses choix. Il l’a invité à diversifier les options de formation ou d’emploi envisagées, puis aidé à formuler de nouveaux objectifs. Le conseiller s’est assuré de la cohérence entre ses qualifications, son expérience et ses objectifs. Enfin, il l’a aidé à réduire l’écart entre ses perceptions et la réalité du marché du travail dans un secteur d’activité nouveau pour lui.

 

Dans le cas de Chloé, l’évaluation initiale a permis de recommander la mise en place d’expériences significatives lui permettant d’acquérir les préalables nécessaires au rôle de travailleur et de développer son potentiel d’employabilité. Ces expériences ont favorisé le développement de son identité vocationnelle et elle connaît mieux comment s’intégrer au monde du travail. Ses attentes se sont ajustées et ses projets scolaires se sont précisés.

 

Tant pour Philippe que pour Chloé, le projet implique un retour aux études ou la poursuite de celles-ci. Le conseiller d’orientation a identifié et sollicité les ressources disponibles dans les milieux de formation et recommandé la mise en place d’accommodements. Le suivi conjoint a permis de soutenir la réussite des études.

 

Un aspect central du rôle et du champ d’expertise du conseiller d’orientation est de construire un pont entre l’usager et son environnement, ce qui nécessite souvent la collaboration de professionnels issus d’autres disciplines. Le conseiller d’orientation agira en concertation avec l’équipe interdisciplinaire dont il fait partie, les partenaires et les milieux de vie de l’usager (milieu de travail, école, famille). La collaboration interprofessionnelle et le partenariat ne se limitent pas à référer la clientèle en fonction de la reconnaissance des expertises respectives. Ils consistent plutôt à travailler ensemble ou du moins, en continuité de service pour favoriser la réussite d’une formation, le succès d’une intégration ou le maintien en emploi.

 

Dans la majorité des cas, le conseiller d’orientation spécialisé en réadaptation sera appelé à émettre des recommandations et des pronostics d’employabilité auprès d’un bon nombre de collaborateurs. C’est ainsi que Philippe a pu bénéficier de l’accompagnement de plusieurs professionnels spécialisés pour développer ses capacités fonctionnelles de travail en rapport avec un projet qui lui a donné un élan et permis de retrouver son autonomie socioprofessionnelle. Chloé a, quant à elle, pu réaliser un stage exploratoire pendant l’été grâce à la collaboration entre le conseiller d’orientation et les intervenants d’un organisme partenaire.

 

L’atteinte des objectifs de Philippe et de Chloé a été possible grâce à une identification et une utilisation judicieuse des différentes mesures existantes en développement d’employabilité ou dans le domaine de l’insertion sociale. En partenariat avec les ressources de la communauté, l’intervention du conseiller d’orientation a permis d’éviter le bris dans la continuité des services et ses impacts néfastes sur la mobilisation de l’usager lors des passages entre les mesures de soutien des organismes impliqués.

 

La contribution du conseiller d’orientation : intervenir sur l’habitude de vie études-travail

Au sein de la communauté scientifique, il est généralement admis que le travail joue un rôle central dans le développement et le maintien d’un bon équilibre sur les plans social, psychologique et de la santé. Les données probantes et l’expérience des cliniciens ont largement démontré que le retour rapide à l’emploi permet d’éviter la chronicisation pour de nombreux usagers en réadaptation. 

Il est également admis que les jeunes qui présentent une atteinte neurologique ou physique ont besoin de soutien pour développer un sentiment d’efficacité personnelle en lien avec le travail, leur maturité vocationnelle et leur employabilité en s’engageant dans des activités d’exploration et d’expérimentation en situation d’emploi.

 

Dans les parcours de Philippe et de Chloé, le conseiller d’orientation a soutenu la mobilisation de leurs ressources personnelles pour s’engager dans un projet d’occupation significatif. Ce projet a agi comme un moteur de leur réadaptation en leur permettant de donner une direction à leur vie tout en favorisant une participation citoyenne pleine et entière. Par ses interventions auprès des usagers et des collaborateurs à la démarche, le conseiller d’orientation spécialisé en réadaptation contribue à rendre la société québécoise plus inclusive et à reconnaître l’apport des personnes qui présentent une déficience et des incapacités.

 

Selon le Code des professions et d’autres dispositions législatives dans le domaine de la santé mentale et des relations humaines, les missions du conseiller consistent à :

  • évaluer le fonctionnement psychologique, les ressources personnelles et les conditions du milieu ;
  • ainsi qu’à intervenir sur l’identité ;
  • développer et maintenir des stratégies actives d’adaptation dans le but de faire des choix personnels et professionnels tout au long de la vie ;
  • de rétablir l’autonomie socioprofessionnelle ;
  • et de réaliser des projets de carrière chez l’être humain en interaction avec son environnement.
Facebook
Twitter
LinkedIn