Gagner de l argent avec YouTube, c’est facile !

Les créateurs de YouTube participant au programme de partenariat de la société peuvent gagner de l’argent de différentes manières : par la publicité, les abonnements, les dons, les fonctionnalités de diffusion en direct et les revenus de YouTube Premium. Il y a beaucoup de variables, et maintenant YouTube rassemble enfin tous ces chiffres en un seul endroit et donne ces informations aux créateurs sous la forme d’une nouvelle mesure de monétisation appelée RPM. Pour en savoir plus, lisez cet article.

Le RPM, ou revenu par mille, est une variante de la mesure standard que les créateurs de YouTube utilisent déjà, appelée CPM, ou coût par mille (parfois appelé coût par mille). Bien que ces deux mesures se ressemblent, elles font deux choses différentes. Le CPM est beaucoup plus utile pour les créateurs qui essaient de développer leurs chaînes et de déterminer d’où provient leur revenu mensuel.

Le CPM mesure le coût de chaque millier d’impressions publicitaires avant que YouTube ne prenne sa part des revenus, mais le RPM indique le revenu total d’un créateur (provenant à la fois des publicités et d’autres domaines de monétisation) après que YouTube ait pris la coupe. Cela ne représente pas un changement dans les revenus des créateurs. Cela aide plutôt les créateurs à mieux comprendre où ils gagnent leur argent et comment la part des revenus se répartit.

“C’est un peu comme si vous receviez un chèque de paie chaque mois, mais vous ne savez pas exactement comment on en est arrivé à ce chiffre”, a déclaré Matt Koval, un ancien créateur de YouTube qui travaille maintenant comme responsable de la liaison avec les créateurs de la plateforme, sur Twitter.

“Le RPM est un instantané du rythme auquel vous gagnez de l’argent sur YouTube”.

Fondamentalement, si le CPM est une mesure axée sur les annonceurs, le RPM est fait sur mesure pour les créateurs. Par exemple, le RPM inclut le nombre total de visionnages de vidéos, y compris les vidéos qui n’ont pas été monétisées. Cette mesure est conçue pour montrer aux créateurs combien il leur manque en termes de revenus pour les vidéos qui génèrent des vues mais qui ne sont pas éligibles à la monétisation et les changements qu’ils peuvent apporter pour assurer que les futures vidéos soient monétisées.

“Le RPM est un instantané du taux auquel vous gagnez de l’argent sur YouTube”, peut-on lire sur un nouveau blog des pages d’assistance de Google. “Que le RPM augmente ou diminue, c’est une bonne indication des choses qui fonctionnent ou non dans votre stratégie de revenus”.

L’introduction des RPM sur YouTube ne signifie pas que les chiffres des CPM ne sont pas pertinents. Plus le CPM est élevé, plus l’annonceur paie pour cette publicité et plus le créateur gagne de l’argent sur une vidéo. Si un créateur a un CPM plus élevé, cela peut être un très bon indicateur de la valeur qu’un annonceur spécifique trouve à la chaîne de ce créateur et à ses vidéos. Les nouvelles statistiques RPM de YouTube n’afficheront pas ce même type d’indicateur de publicité.

Ce qui est rassurant pour les créateurs, c’est que la mesure du RPM tient compte de l’évolution de la monétisation sur la plateforme, même au cours des dernières années. Lors de la VidCon 2019, YouTube a commencé à introduire une monétisation alternative, notamment des abonnements aux chaînes, des fonctionnalités de chat en direct comme le Super Chat (dons), et des étagères de marchandises sur les chaînes des créateurs pour aider les propriétaires de ces chaînes à diversifier leurs revenus au milieu de problèmes de publicité plus profonds qui existent depuis des années sur la plateforme.

Les créateurs : Vous pouvez maintenant voir combien vous gagnez sur YouTube par rapport aux vues que vous recevez avec le RPM de YouTube Analytics.

RPM = revenu total gagné pour 1 000 visionnements

Utilisez-le pour suivre l’évolution des recettes et prendre des décisions plus éclairées sur la stratégie de monétisation.

– TeamYouTube (@TeamYouTube) 9 juillet 2020

YouTube apporte d’autres changements pour tenter, semble-t-il, de permettre aux créateurs de gagner plus facilement des revenus publicitaires, notamment en leur donnant accès à des publicités mid-roll sur des vidéos de huit minutes à partir de la fin du mois. Auparavant, une vidéo devait atteindre 10 minutes (d’où le mème 10:01 qui a décollé sur YouTube) pour permettre les publicités mid-roll.

La PDG Susan Wojcicki a fait remarquer dans plusieurs lettres ouvertes à la communauté des créateurs que la transparence est une chose sur laquelle elle et son équipe veulent travailler. Cela inclut la transparence sur la manière dont les créateurs sont payés. L’introduction d’un nouveau système de mesure comme le RPM – qui, espérons-le, ventilera chaque flux de revenus pour les créateurs afin qu’ils puissent mieux élaborer leur stratégie – est donc un pas important dans la bonne direction.