Beaucoup aimeraient se lancer dans l’entrepreneuriat, mais peu osent à cause des difficultés que cela représente. Outre le côté financier, il faut surtout un projet qui se fait vendre et qui tient la route sur le long terme. C’est là que la franchise entre en jeu. Elle offre une bonne opportunité à ceux qui souhaitent monter leur affaire en limitant les risques. Mais est-ce réellement aussi simple ? Focus.

La franchise : une formule pour commencer son entreprise

La franchise est un concept qui a su séduire plus d’un entrepreneur, surtout en France. C’est un contrat par lequel une entreprise, le franchiseur, donne droit à une autre entreprise, le franchisé, d’exploiter sa marque et son savoir-faire à des fins commerciales. En contrepartie, le franchisé est tenu à des obligations inhérentes aux droits qu’il acquiert en plus d’une compensation financière qu’il doit verser au détenteur de la marque.

La grande majorité des grands noms commerciaux fonctionne sur la base de cette formule commerciale, tels que McDonald’s, Yves Rocher, Carrefour Express, Etam… Si c’est un bon moyen pour les grandes marques de commercialiser leurs produits, le franchisé, surtout les jeunes entrepreneurs, trouve un intérêt à intégrer une franchise à ses débuts dans le monde des affaires.

L’entrepreneuriat en franchise, un démarrage en toute sécurité

Se lancer à créer sa propre entreprise est un chemin parsemé d’embûches, ce qui met des bâtons dans les roues aux jeunes entrepreneurs ou ceux en reconversion professionnelle. Un contrat de franchise constitue alors une bonne alternative pour débuter sans grand risque.

D’une part, le franchisé, entrepreneur indépendant nouveau venu sur le marché, bénéficie de la notoriété de l’enseigne, de son savoir-faire et d’une formation adaptée pour commencer son affaire. Il ne va plus se dire s’il va percer ou non, il va juste commercialiser un concept qui a déjà sa place dans le milieu. D’autre part, le franchiseur se doit de lui prêter aide et assistance technique pendant toute la durée du contrat. De plus, le franchisé profite du réseau de la marque que ce soit des fournisseurs ou des clients.

Contrat de franchise

Bref, c’est comme dire « commencer pépère » sans investissement en publicité ni en réseautage, aucun achat à faire, ni de markéting et encore moins d’étude de marché. Le gros plus ? Il est plus facile d’obtenir un prêt entreprise quand vous faites partie d’un réseau de franchisé.

Devenir franchisé : quelles difficultés ?

On regarde maintenant l’envers du décor, et pour certains c’est la douche froide. Certes, il est bien beau de planifier tout le contrat de franchise, mais ne devient pas franchisé qui le souhaite. C’est surtout le cas pour les grandes enseignes, il faut investir énormément, que ce soit financièrement, intellectuellement, mais aussi matériellement.

De surcroît, le franchisé doit faire face à des obligations qui peuvent constituer un frein à son indépendance. Outre le paiement de droit d’entrée dans la franchise (Royalties), il doit veiller au respect des cahiers des charges du franchiseur, effectuer des travaux de rénovation du local si le franchiseur le juge nécessaire et surtout tout faire pour que le réseau de franchise soit pérenne et ne pas y porter atteinte. Autant dire que le contrat de franchise n’est absolument pas une solution de facilité. Il est assez contraignant et ne peut convenir qu’à ceux qui y sont largement préparés.